Loading

SOS solitude !

Que de souffrances méconnues autour de nous, dues à la solitude !

La solitude, l’un des maux de notre siècle.

Et, chose étrange, c’est alors qu’il n’y a jamais eu d’immeubles aussi peuplés, de routes aussi bondées, de plages aussi fréquentées, que des milliers de nos semblables se sentent seuls. Et, chose plus étrange encore, les jeunes qui vivent si facilement en groupes semblent ressentir autant, si ce n’est plus que leurs aînés, cette solitude. Un étrange sentiment intérieur qui crée un tel mal de vivre qu’il débouche souvent chez eux sur des tentatives de suicide.

Avez-vous remarqué combien les agences matrimoniales peuvent rendre jolis, sympathiques, bien éduqués, sérieux ? On aurait presque envie de sourire s’il ne se cachait derrière l’anonymat de chacune de ces annonces, un terrible mal qui porte le nom de solitude. C’est, la plupart du temps pour lui faire échec, que l’on veut rencontrer l’âme sœur, fonder un foyer, y partager joies et peines, avoir quelqu’un à qui parler.

L’existence vous aurait-elle ravi celui ou celle que vous chérissiez ? Alors, personne le soir pour vous demander comment la journée s’est écoulé. Personne pour partager votre repas, personne pour répondre à vos questions et vous poser les siennes, sortir les plats, mettre le couvert ? Pour certain, à quoi bon ? On avale en vitesse quelque mets réchauffé dans une casserole, avec pour seul vis-à-vis, dame télé, la compagne standard de tout le monde et donc de personne.

Il y a aussi la solitude des vieillards abandonnés à l’hospice où ils attendent la mort avec résignation. Et la solitude des malades enfermés dans leur souffrance physique et morale, alors que tout s’agite autour d’eux, et pour lesquels les journées sont si longues et les nuits interminables ? Y pense-t-on assez ?

Aussi paradoxal que cela puisse être, il existe une solitude vécue au milieu de la foule ! Ne pas pouvoir partager ce que l’on croit, ce que l’on ressent, ce que l’on désire, parce qu’on n’intéresse personne ou parce qu’on est incompris ou rejeté.

Il se trouve des moyens humains, bien sûr, pour tenter de vaincre ce grand mal. Par exemple, la lecture, pour ceux qui l’aiment, l’appartenance à un club, le dévouement au sein d’une association caritative pour de plus déshérités que soi.

Il y a, dans la Bible, le récit d’un individu qui vient de tromper son vieux père et de voler son frère aîné. Il doit donc fuir la maison paternelle, et, le soir venu, se couche à la belle étoile. Il est seul dans le silence de la nuit, mais dans un songe, Dieu lui parle. Alors, il s’écrie : « Dieu est ici et je ne le savais pas. »

Comme Jacob, car c’est de lui qu’il est question, vous vous croyez seul, vous vous sentez seul. Eh bien non ! Dieu est là, tout près de vous. Jésus n’a-t-Il pas dit à ses disciples, en les quittant après sa résurrection : « Je suis avec vous tous les jours. »

Nous qui avons ouvert notre cœur à Jésus, nous avons compris son amour et accepté son pardon. Et le soir, lorsque nous sommes seuls, nous pouvons Le laisser nous parler par la lecture de la Bible. Puis, nous Lui parlons dans la prière. Sa présence, son amitié, sont certaines. Il y a, dans la Bible, une déclaration du Christ qui explique cela : « Je me tiens à la porte et je frappe. Si quelqu’un entend ma voix et ouvre la porte, j’entrerai chez lui, je souperai avec lui et lui avec moi. » Vous comprenez que ce « je souperai avec lui » est symbolique, mais il exprime la réalité de la présence du Seigneur près de nous.

La solitude ne doit pas nous terrasser ! 

Ne la laissons pas nous enfermer dans ses filets !

La présence de Jésus est certaine et il nous a donné le Saint-Esprit afin que notre communion avec Dieu soit toujours assurée. Gardons cette foi et cet attachement au Seigneur pour vaincre la solitude.

Laurent GUILLET

Vous avez aimé ? Partagez autour de vous !

articles similaires...

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

à lire aussi...

Sénior chrétiens : Le mot "Théo" de la semaine
Pentecôte

Le terme « pentecôte » provient du grec « pentêkostê », qui signifie « cinquantième ».

Thème similaire...

les groupes...

s'abonner...

Abonnez-vous et recevez chaque semaine nos derniers articles !